ÉDITO

 

FESTIVAL EUROFONIK #5
Repenser l’Europe ?

 

Évidemment l’Europe a contribué à créer un espace de paix sur le vieux continent depuis 1945. Évidemment on a le bel Erasmus. Évidemment, « putain, putain, c’est vachement bien, on est quand même tous des Européens ! » comme le chante le trublion flamand Arno.
 
Et après ? L’Europe de 2016 semble à bout de souffle. Le Brexit en Grande-Bretagne, l’incapacité à accueillir dignement les réfugiés économiques, climatiques et de guerre, la construction du mur en Hongrie, la montée des thèses xénophobes… L’image qu’ont les peuples de l’Union Européenne ne cesse de se dégrader. En France, seules 38 % des personnes interrogées dans un récent sondage* affirment faire confiance à l’Union Européenne !
 
Peut-être a-t-on construit l’Europe de manière trop fonctionnelle et technique. Le charbon, l’acier, les échanges commerciaux, les marchés, la monnaie… Mais les Hommes ? Et leurs cultures ? Leurs expressions artistiques ? Leurs langues ? Leurs manières de chanter, de danser, de jouer, de cuisiner, de faire la fête ?
 
Comment penser l’Europe de la culture, de l’éducation, de la rencontre ? À sa modeste manière, locale et internationale, le festival Eurofonik entend y contribuer.
 
Depuis 2012, il met à l’honneur les artistes qui s’emparent des cultures populaires de tradition orale pour créer, inventer, renouveler. Ils hybrident cet héritage avec d’autres musiques populaires, avec le rock, l’electro, les musiques improvisées… Ils puisent aux richesses des musiques de l’immigration. Ils inventent les musiques européennes de demain.
 
Découverte, création, rencontre, voix et musiques d’Europe… Tels sont nos maîtres-mots. La cinquième édition du festival se déroulera sur dix jours avec un double ancrage : Bouguenais (trois jours au Nouveau Pavillon) et Nantes (Bellevue, le Château des ducs de Bretagne, Stereolux…).
 
Eurofonik 2017 met l’accent sur la jeune création européenne sortant un peu de son tropisme anglo-américain : Rachele Andrioli, Rocco Nigro, Seiva, Spontus et Manu Sabaté, Startijenn, Maarja Nuut, Moxie, Pau Figueres, Josefina Paulson, Yolaine Delamaire, Mathilde Karvaix, Aronde…
 
Au total, une cinquantaine d’artistes européens, douze groupes et sept solistes venus d’Italie, d’Espagne, du Portugal, d’Irlande, de Suède, de France (Bretagne, Auvergne, Béarn), d’Estonie, de Turquie…
 
Bon festival à tous !

 
 

Sylvain Girault
Directeur artistique du festival

 
 

* source : « Euroskepticism Beyond Brexit » – Bruce Stokes, Pew Research Center, juin 2016